OLIVIER LE GOAS & RECIPROCITY ON RAMP OF HEAVEN DREAMS​

PRESS REVIEWS

DownBeat February'2020 ISSUE

FRANCE MUSIQUE OPEN JAZZ

OLIVIER LE GOAS & RECIPROCITY 

On Ramp Of Heaven Dreams (Challenge In-akustik) 

 

 

On dit que le percussionniste français Olivier Le Goas (52 ans) aime s'asseoir au piano pour composer. Pour le deuxième album de sa formation Reciprocity- le premier est sorti en 2016 - il a écrit tous les originaux lui-même. Il est indéniable que son modèle esthétique est Pat Metheny. Même le nom de l'album et le titre d'un morceau ("Light Size Dreams") font allusion à Metheny, le son de guitare en peluche coupé de toute façon. Cette guitare est jouée par Nir Felder, qui était également sur l'album précédent. Les nouveaux membres du quatuor sont John Escreet (piano) et Larry Grenadier (basse) - avec Reciprocity, Le Goas s'offre un groupe américain, les enregistrements ont été réalisés à New York. On peut facilement entendre ici que le batteur français aime aussi les complexités métriques - le son du groupe, aux contours bas et rembourrés, couvre les falaises avec nonchalance. La ballade "Resurrection Row" offre au moins un peu plus d'espace entre les notes - ça fait du bien. hjs

 

The French percussionist Olivier Le Goas (52) likes to sit down at the piano to compose, they say. For the second album of his formation Reciprocity- the first was released in 2016 - he wrote all the originals himself. It is unmistakable that his aesthetic role model is Pat Metheny. Even the name of the album and the title of one track ("Light Size Dreams") allude to Metheny, the plush muted guitar sound anyway. This guitar is played by Nir Felder, who was also on the previous album. New in the quartet, however, are John Escreet (piano) and Larry Grenadier (bass) - with Reciprocity, Le Goas afford themselves an American band, the recordings were made in New York City. That the French drummer also likes metric complexities can easily be overheard here - the low-contour, padded band sound covers the cliffs with noncommittalness. The ballad "Resurrection Row" at least offers a little more space between the notes - that feels good. hjs

FR
Olivier Le Goas n'est pas seulement un batteur astucieux avec des forces dans la polyrythmie et les compteurs complexes, mais aussi un compositeur accompli avec un talent pour des harmonies agréables et des mélodies mémorables. Le vétéran du chef d'orchestre français a déjà montré ses nombreux talents sur son très apprécié album Reciprocity (2016). Le record a été salué dans une critique de 4 1/2 étoiles par Downbeat pour son "son attrayant", "qui a une jambe dans le formalisme de la musique de chambre mais explore également les plus hauts niveaux d'improvisation". Le suivi de Le Goas, son sixième CD en tant que chef de groupe, définit également un champ musical agréable et dynamique qui a été favorablement comparé à celui du groupe Pat Metheny Unity. Comme sur Reciprocity, vous pouvez entendre le guitariste américain montante Nir Felder sur le nouveau disque, dont le ton chaud et les lignes fluides sont un élément clé aux côtés du travail de piano en cascade de John Escreet, des lignes de basse sonores de Larry Grenadier et de la présence indisciplinée de Le Goas sur le kit de batterie.
Ensemble, ils naviguent sur le terrain inégal des compositions du leader du groupe de batteurs avec émotion et talent et quelques allusions bien connues à Metheny. Le titre de l'album lui-même contient une telle allusion à l'album de la taille d'une guitare Off Ramp (1982), et la piste brillante et pleine d'esprit 'Light Size Dreams' fait intelligemment référence à la piste de titre du premier album révolutionnaire de Metheny sur ECM Records, Bright Size Life (1976). Le Goas admet volontiers l'influence de Metheny dans ces deux pièces attrayantes: "Oui, le titre de l'album a été directement inspiré du magnifique album de Pat Metheny Off Ramp, et" Light Size Dreams "a définitivement des échos de Bright Size Life. Mais la quatrième phrase et la coda de «Light Size Dreams» ont également été façonnées par «And Then I Know» de l'album We Live Here du groupe Pat Metheny. »
La performance de cet album est excellente. Aucun des musiciens ne mène absolument sur ce disque, chacun devient un à un certain moment dans la pièce. En fonction du contenu dramaturgique créé, des tensions émotionnelles s'accumulent qui construisent des dimensions d'expression et d'improvisation. C'est une conséquence de la position esthétique des quatre artistes, personnalités reconnues pour leur talent artistique créatif et qui respectent les idées de briser les conventions stylistiques.

ENG
Olivier Le Goas is not only an artful drummer with strengths in polyrhythmics and complex meters, but also an accomplished composer with a talent for pleasant harmonies and memorable melodies. The French bandleader veteran has already shown his many talents on his much-praised album Reciprocity (2016). The record was praised in a 4 1/2 star review by Downbeat for its "appealing sound", "which has one leg in chamber music formalism but also explores the highest levels of improvisation". Le Goas' follow-up, his sixth CD as a band leader, also defines a pleasant and dynamic musical field that has been favorably compared to that of the Pat Metheny Unity Group. As on Reciprocity, you can hear the rising American guitarist Nir Felder on the new disc, whose warm tone and flowing lines here are a key element alongside John Escreet's cascade-like piano work, Larry Grenadier's sounding bass lines and Le Goas' unruly presence on the drum kit.
Together they navigate the uneven terrain of the drummer band leader's compositions with feeling and skill and some well-known allusions to Metheny. The album title itself contains such an allusion to the guitar-sized album Off Ramp (1982), and the brightly flowing and witty track 'Light Size Dreams' cleverly refers to the title track of Metheny's groundbreaking debut album on ECM Records, Bright Size Life (1976). Le Goas readily admits to Metheny's influence in these two appealing pieces: "Yes, the album title was inspired directly by the wonderful Pat Metheny album Off Ramp, and 'Light Size Dreams' definitely has echoes of Bright Size Life. But the fourth sentence and the coda of 'Light Size Dreams' were also shaped by 'And Then I Know' from the album We Live Here by the Pat Metheny Group. ”
The performance of this album is great. None of the musicians is absolutely leading on this record, each of them becomes one at a certain time in the piece. Depending on the dramaturgical content created, emotional tensions build up that construct dimensions of expression and improvisation. It is a consequence of the aesthetic stance of the four artists, personalities who are known for their creative artistic talent and who adhere to the ideas of breaking stylistic conventions.

Le batteur français Olivier Le Goas est devenu un batteur recherché non seulement dans son pays d'origine. Il a souvent travaillé avec des musiciens américains, comme sur son album actuel On Ramp Of Heaven Dreams, car à l'exception du pianiste Escreet, il est anglais.

Non seulement en tant que batteur, mais aussi en tant que compositeur, Le Goas peut briller sur ce disque, seule la dernière chanson est de Paul Simon. Dès le début, le batteur montre à quel point il peut utiliser ses rythmiques de manière complexe, avec un excellent penchant pour la polyrythmie. Il détermine donc immédiatement où le chemin doit aller. Les autres musiciens le soutiennent parfaitement, car on leur laisse une grande marge de manœuvre. Avant tout, c'est le guitariste Nir Felder, qui façonne fortement la musique avec des runs pétillants. Mais le pianiste se présente aussi avec un haut niveau et Grenadier à la basse maintient tout en douceur.

Immédiatement, la musique me rappelle beaucoup celle de Pat Metheny, c'est peut- être la raison des allusions délibérées sur ses disques avec "Light Size Dreams" (Bright Size Life) ou le titre de l'album lui-même. (Off Ramp) Dans tous les cas, la musique s'écoule de la même façon : légère et aérienne, parfois douce et flottante. C'est donc le batteur lui-même qui maintient le son au sol tout en stimulant les envolées.

Un paysage sonore particulier a été créé ici, ce jazz est relativement cool, il n'y a pas beaucoup d'éléments émotionnels, mais l'un ou l'autre sonne relativement académique et cool. De mon point de vue, c'est Allen Nir Felder, le guitariste, qui en est responsable, parce qu'avec lui, je considère la technique comme le point central. En tout cas, ce n'est pas Le Goas, car il est le pivot et l'élément émotionnel le plus fort de la musique.

Olivier Le Goas est un batteur français avec un long parcours, qui ces dernières années a joué avec un groupe sous le nom de Reciprocity. La composition est variable (cette fois, il s'agit de noms familiers de la scène de New York) mais l'instrument est toujours le même : piano, guitare, basse, batterie. Les dix pièces ont été enregistrées à Brooklyn, avec le pianiste anglo-américain John Escreet, le jeune guitariste Nir Felder et le bassiste Larry Grenadier ; ils jouent vraiment dans le respect mutuel. Une grande partie de l'album est imprégnée de l'esprit du guitariste Pat Metheny, dont la musique semble parler à l'image de Le Goas. L'album Off Ramp de Metheny, sorti en 1982, a été une source d'inspiration importante. Pourtant, toutes les compositions sont du batteur lui-même, à l'exception de la fin So Long Frank Wright de Paul Simon. Le Goas est un amoureux des rythmes changeants et des harmonies changeantes, comme on peut le voir par exemple dans la Chanson Oblique nuancée.

Coen de Jonge

BR-KLASSIK

Olivier Le Goas est un batteur français avec un long parcours, qui ces dernières années a joué avec un groupe sous le nom de Reciprocity. La composition est variable (cette fois, il s'agit de noms familiers de la scène de New York) mais l'instrument est toujours le même : piano, guitare, basse, batterie. Les dix pièces ont été enregistrées à Brooklyn, avec le pianiste anglo-américain John Escreet, le jeune guitariste Nir Felder et le bassiste Larry Grenadier ; ils jouent vraiment dans le respect mutuel. Une grande partie de l'album est imprégnée de l'esprit du guitariste Pat Metheny, dont la musique semble parler à l'image de Le Goas. L'album Off Ramp de Metheny, sorti en 1982, a été une source d'inspiration importante. Pourtant, toutes les compositions sont du batteur lui-même, à l'exception de la fin So Long Frank Wright de Paul Simon. Le Goas est un amoureux des rythmes changeants et des harmonies changeantes, comme on peut le voir par exemple dans la Chanson Oblique nuancée.

Coen de Jonge

BR-KLASSIK

Olivier Le Goas est un batteur français avec un long parcours, qui ces dernières années a joué avec un groupe sous le nom de Reciprocity. La composition est variable (cette fois, il s'agit de noms familiers de la scène de New York) mais l'instrument est toujours le même : piano, guitare, basse, batterie. Les dix pièces ont été enregistrées à Brooklyn, avec le pianiste anglo-américain John Escreet, le jeune guitariste Nir Felder et le bassiste Larry Grenadier ; ils jouent vraiment dans le respect mutuel. Une grande partie de l'album est imprégnée de l'esprit du guitariste Pat Metheny, dont la musique semble parler à l'image de Le Goas. L'album Off Ramp de Metheny, sorti en 1982, a été une source d'inspiration importante. Pourtant, toutes les compositions sont du batteur lui-même, à l'exception de la fin So Long Frank Wright de Paul Simon. Le Goas est un amoureux des rythmes changeants et des harmonies changeantes, comme on peut le voir par exemple dans la Chanson Oblique nuancée.

Coen de Jonge

BR-KLASSIK

hr2.de

  • Facebook
  • Twitter
Copyright 2020 Olivier Le Goas. All rights reserved.